Méthodologie : les épreuves du bac ES et L. La composition La composition (1ère partie)

, par  Stéphane Rameix

Fiche méthodologique : la composition, 1ère partie du baccalauréat (entre 2h 45mn et 3 heures au maximum)

  La définition de l’épreuve :

La composition doit permettre d’évaluer les connaissances du candidat et sa capacité à les intégrer dans un questionnement.

Les sujets portent sur un ou plusieurs thèmes ou ensembles géographiques au programme.

Un sujet portant sur les dix dernières années est exclu cependant un sujet envisageant une période plus large allant jusqu’à nos jours est possible.

En histoire comme en géographie la capacité à intégrer une production graphique (schéma, organigramme,....) est valorisée dès le moment ou celle-ci relève du sujet traité.

 La composition, en histoire et en géographie, nécessite de respecter certaines règles :

-  un travail au brouillon approfondi qui permet de réfléchir sur le sujet, ses attentes et ses limites chronologiques et/ou spatiales ainsi que de lister l’ensemble des connaissances nécessaires au traitement du sujet et organiser la réponse au sujet. Vous ne devez pas rédiger lors de cette phase préparatoire, hormis l’introduction. Ce travail est long, mais indispensable, il permet de réaliser.......

-  un devoir structuré  :

o l’introduction doit être composée DE TROIS "TEMPS" :

le préambule, ou amorce du sujet, qui permet d’amener le sujet proprement dit sans pour autant tenter de le traiter en quelques lignes ce qui est illusoire. Le préambule permet de cerner le sujet : en définir les limites spatiales et /ou temporelles, thématiques, définir la ou les notions centrales du sujet.

La problématique, c’est-à-dire l’axe majeur, la colonne vertébrale du sujet, la question centrale qui permet, par la réponse que vous lui apporterez dans le développement, de traiter le sujet.

L’annonce du plan, que vous devrez strictement respecter dans le développement à venir. (PS : on annonce uniquement les parties, pas les sous-parties ou paragraphes)

o Le développement est nécessairement organisé en deux ou trois parties, elles-mêmes divisées en 2 ou 3 paragraphes. Il est plus que bienvenu de ménager des transitions entre les parties

o La conclusion doit être préparée dès le début lors du travail au brouillon. Cela permet d’éviter la conclusion bâclée à toute allure en fin d’épreuve, qui bien souvent n’apporte rien au devoir.
Elle doit répondre à la problématique en rappelant les idées essentielles apportées par votre développement.

-  avoir des connaissances personnelles nombreuses et sûres . D’ailleurs la réforme des épreuves d’histoire et géographie au baccalauréat va dans le sens d’une valorisation croissante de la culture personnelle des candidats, et d’une sanction croissante des copies dépourvues de connaissances réelles.

-  quelques conseils pratiques :

o présentez une copie aérée en revenant à la ligne et en respectant les normes de renvoi.

o Faites des phrases courtes et simples. Cela permet de ne pas perdre le fil de sa pensée et ça évite les fautes et passages incompréhensibles.

o En histoire il faut bannir le futur.

o Soignez votre écriture, évitez les renvois et surcharges

o Soignez tout particulièrement l’introduction, et la conclusion qui constitue la dernière impression que laisse votre devoir

o En géographie tout comme en histoire d’éventuelles productions graphiques intégrées de façon pertinente à votre composition seront largement valorisées.

  • Bourg d’Hem

    Pierre Bourdan, une des voix de la France Libre à Londres

Sites favoris Tous les sites

Brèves Toutes les brèves