Pierre Bourdan, journaliste et résistant Biographie de Pierre Bourdan

Le destin de Pierre Bourdan est celui de ces hommes jeunes que la guerre a bouleversé. Journaliste, il entre dès juin 1940 en Résistance, sur les antennes de la BBC d’abord mais aussi sur le terrain des opérations militaires avec la division Leclerc. A la Libération, il continue sa carrière de journaliste et entre en politique au sein de l’UDSR, un parti né de la Résistance. Promis à un brillant avenir, il décède accidentellement à l’âge de 39 ans.

Pierre Maillaud est né à Perpignan (Pyrénées-Orientales), le 13 mai 1909. Il passa une partie de son enfance dans la Creuse, au village de Bourg d’Hem, en souvenir duquel il prit le pseudonyme de Bourdan en 1940.
En 1930, il devint journaliste à La Journée industrielle et au Soir. Il entra à l’Agence Havas, à Paris et à Londres, et fut rédacteur en chef (1932), puis directeur par intérim (1939) du bureau de Londres.

 Pierre Bourdan et la France Libre

Dès le 19 juin 1940, Pierre Bourdan se rallia à la France Libre : il organisa et anima avec Maurice Schumann l’émission diffusée sur les ondes de la BBC, Les Français parlent aux Français.
En août 1940, Il se vit confier l’Agence française indépendante (A.F.I.), que Paul-Louis Bret venait de créer à Londres ; Pierre Bourdan se rendit à Alger en décembre 1942, afin de fusionner l’A.F.I. avec l’Agence-France-Afrique, créée en 1942 à Brazzaville.

 Avec la division Leclerc

Correspondant de guerre auprès de la division Leclerc, il participa au débarquement de Normandie. Fait prisonnier par les Allemands, près de Rennes, il s’évada du train qui l’emmenait vers Saumur, et rejoignit la 2e D.B. de Leclerc, avec lequel il participa à la Libération de Paris.

 Journaliste et député de la Creuse et de la Seine

Après la guerre, Pierre Bourdan devint le directeur politique de l’hebdomadaire Bref et collabora au Figaro et à La dépêche de Paris.
Membre de l’Union démocratique et socialiste de la Résistance (UDSR), il fut élu le 21 octobre 1945 député de la Creuse et fut membre de la commission parlementaire de la presse, de la radio et du cinéma et de la commission des affaires étrangères. Il fut réélu député UDSR de la Seine (3e secteur de Paris) les 2 juin 1946 et 10 novembre 1947. Membre du comité directeur de l’UDSR, il fut élu vice-président de l’intergroupe du rassemblement des gauches républicaines, présidé par Edouard Herriot.

 Ministre de la Jeunesse, des Arts et des Lettres

Le 22 janvier 1947, Pierre Bourdan fut appelé par Paul Ramadier, Président du conseil, pour appartenir au premier gouvernement de la IVe République ; il reçut le portefeuille de la Jeunesse, des Arts et des Lettres, nouvellement créé et ayant l’information parmi ses attributions. Il agit pour la liberté de la presse, proposant, le 30 juin 1947, un projet de loi de 141 articles sur le statut de la presse. Dans le domaine des arts et des lettres, Pierre Bourdan institua la commission dite de “ l’aide à la première pièce ”, en faveur des auteurs dramatiques, le 10 juillet 1947.

Le 19 novembre 1947, Paul Ramadier présenta la démission de son gouvernement, désavoué par le MRP. Dès le 22 novembre 1947, Pierre Bourdan retrouva son siège de député : il se consacra alors exclusivement aux problèmes de presse et aux questions de politiques étrangères.

 La mort accidentelle à 39 ans

Le 13 juillet 1948, au cours de vacances au Lavandou, il se noya accidentellement, à l’âge de 39 ans. Ses obsèques furent célébrées le 7 août 1948 au temple de l’Oratoire, à Paris ; François Mitterrand prononça son oraison funèbre au cimetière du Montparnasse.

Sources : Magali Lacousse (Conservateur du Patrimoine). Notice biographique. In Archives Nationales : Fonds Pierre Bourdan (1910-2001) [en ligne], 2005 (page consultée le 19 mai 2006). Disponible sur http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/

  • Bourg d’Hem

    Pierre Bourdan, une des voix de la France Libre à Londres

Sites favoris Tous les sites